Cfp: Processus de transmission dans les familles de migrants ou issues de l’immigration. Regards croisés dans les Etats de l’Union Européenne

APPEL A COMMUNICATIONS
« Processus de transmission dans les familles de migrants ou issues de l’immigration. Regards croisés dans les Etats de l’Union Européenne »

Colloque international et pluridisciplinaire : 15-16 octobre 2015
à l’Université catholique de l’Ouest1, Angers.
LÉMIC (Littérature, Étrangéité, Mutations, Identités Culturelles)

S’interrogeant sur le concept de « transmission » dans le champ de la sociologie ou de l’histoire de l’immigration, l’on peut se référer à cette observation de Max Weber : « Toutes les différences de « moeurs » peuvent alimenter un sentiment spécifique de l’ »honneur » et de la « dignité » chez ceux qui les pratiquent. On oublie les motifs originels qui ont donné naissance aux diverses habitudes de vie et les contrastes se perpétuent en tant que « conventions ». » (Economie et Société, Vol 2, Pocket 1995, p. 128) Près d’un siècle plus tard, ce constat est-il toujours d’actualité ? C’est ce que ce colloque se propose de vérifier, en convoquant autour du syntagme « processus de transmission » les différents champs disciplinaires de la recherche migratoire.

Ce colloque est le second volet d’une réflexion entamée en 2013. On avait entrepris dans cette première étape une exploration des facteurs identitaires en jeu dans les migrations et les mobilités transnationales aux XXe et XXIe siècles. Après avoir éclairé dans une optique transnationale l’espace germanophone, en lien avec l’Europe centrale et sud-orientale, ce second volet se propose d’élargir la perspective à toute l’Union Européenne, dans une perspective internationale résolument comparatiste. L’objectif est d’approfondir la réflexion sur les dynamiques identitaires, en ouvrant l’horizon de recherche aussi bien aux Etats d’Europe occidentale que d’Europe (sud)-orientale. Au coeur de l’Europe, la France et l’Allemagne pourront servir de point d’articulation pour une réflexion plus ample et différenciée à l’échelle européenne.

En première approche, et d’un point de vue théorique, il sera intéressant de soumettre à une analyse critique les (plus ou moins) nouveaux concepts en usage dans le discours scientifique, politique et sociétal : l’on s’efforcera par exemple de vérifier la pertinence de la terminologie « issu de l’immigration », « migrants », « 1ère, seconde ou troisième génération », et des cadres d’analyse qu’elle détermine. En seconde approche, l’on pourra vérifier au plan pratique ou empirique, si ces concepts sont véritablement opératoires pour rendre compte de phénomènes de transmission culturelle observables dans les États de l’Union Européenne.

L’on pourra par exemple s’interroger sur l’impact de l’origine culturelle des parents pour la transmission de certaines « valeurs » ou référents culturels d’une génération à la suivante. Pourront ainsi être étudiés, à la lumière d’études de cas actuelles ou récentes :
– les identifications religieuses ou ethniques
– les systèmes de valeurs
– les positionnements de genre
– les lignes de fracture/de convergence entre parents et enfants.

Le questionnement pourra aussi porter sur le rôle des organes institutionnels dans les stratégies et les pratiques de transmission. On cherchera par exemple à déterminer l’impact institutionnel en termes d’« héritage » culturel, ou d’acquisition de nouveaux référents culturels. Il s’agira dans cette optique de tenter d’établir si la transmission se traduit en termes d’abandon ou de préservation, en analysant alors les processus et les formes d’hybridation culturelle en jeu.

La réflexion concernera l’ethnologie européenne, l’anthropologie culturelle, l’histoire ou la micro-histoire, l’histoire des migrations, la politologie, la démographie, la géographie humaine et sociale.

En définitive, le colloque visera donc à mettre en résonance les nombreuses perspectives ouvertes par la recherche migratoire en explorant :
– l’espace urbain et rural
– la sphère privée et publique
– l’individuel et le collectif
– le masculin et le féminin,
pour tenter d’identifier et d’analyser les processus de transmission à l’oeuvre dans les sociétés européennes dans les premières décades du XXIe siècle.

Les langues du colloque seront le français, l’allemand et l’anglais.

Les communications ne devront pas excéder 20 minutes, pour permettre un échange de 5-10 minutes. Il est prévu une publication des Actes du colloque.

Les propositions de communication (abstract + courte biographie) seront à envoyer avant le 13 mars 2015 à Gwénola SEBAUX
Contact : gwenola.sebaux@wanadoo.fr

La sélection des propositions évaluées par le Comité scientifique sera annoncée d’ici le 31 mars.

Comité scientifique : 

Pr Philippe ALEXANDRE (Université de Lorraine, Nancy)
Pr émérite Jean-Paul CAHN (Université Paris 4)
Pr émérite Brigitte LESTRADE (Université de Cergy-Pontoise)
Pr Patrice NEAU (Université de Nantes)
Pr Jochen OLTMER (Universität Osnabrück – Allemagne)
Pr Dirk RUPNOW (Universität Innsbruck – Autriche)
Pr émérite Anne SAINT SAUVEUR (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3)
Pr Gwénola SEBAUX (Université catholique de l’Ouest, Angers)
Pr Anton STERBLING (Rothenburg/Oberlausitz – Allemagne)
Pr émérite Jérôme VAILLANT (Université de Lille 3)
Dr Zaïhia ZEROULOU (Université de Lille 1) 

La Roumanie et la France : diplomatie culturelle et vécu individuel pendant la Guerre froide

Le CLER a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence qui traitera de

La Roumanie et la France :
diplomatie culturelle et vécu individuel pendant la Guerre froide

Mardi 17 mars 2015
17h00 – 19h00

Maison des sciences humaines – UFR Lettres – langues et sciences humaines
5bis Bd Lavoisier 49045 Angers
Amphithéâtre Germaine Tillion

Entrée libre
Contact : Cristiana.pavie@univ-angers.fr

INTERVENTIONS:

Le juriste et philosophe Octavian Ionescu (1901-1990). Témoignage filial sur le destin singulier d’un universitaire francophile

Marina Muresanu Ionescu
Professeur à l’Université « Al. I. Cuza » Iasi

Docteur en droit et lauréat de l’Université de Paris en 1931, Octavian Ionescu a débuté une brillante carrière de juriste et philosophe du droit avant la deuxième guerre mondiale : boursier en Allemagne et en Autriche, membre du Conseil Législatif de la Roumanie, membre d’associations internationales, auteur de nombreuses études. En 1950, il a été éloigné, pour des raisons politiques, de son poste de professeur à l’Université de Iasi. Devenu professeur de roumain dans un lycée de la ville, il a continué cependant son activité de recherche. En dehors de toute reconnaissance académique en Roumanie, il est resté actif dans les sociétés internationales de droit, participant à des congrès et publiant régulièrement dans de prestigieuses revues internationales de droit. Un livre qui retrace sa biographie et réédite ses œuvres majeures a été récemment publié à l’Université de Iasi.
Marina Muresanu Ionescu, sa fille et co-auteure de ce livre mémorial, retracera le parcours singulier, éloquent en même temps pour toute une génération, d’Octavian Ionescu, à partir de ses souvenirs, de témoignages et d’archives personnelles.

La diplomatie culturelle française en Roumanie (1944-1949), un rempart fragile contre le vent de l’Est

Cristiana Oghina-Pavie
Maitre de conférences à l’Université d’Angers

A la fin de la deuxième guerre mondiale, la diplomatie française se réjouissait de l’enthousiasme avec lequel les Roumains accueillaient le retour des institutions culturelles françaises. Cet optimisme fut de courte durée car, dans les années 1945-1948, le nouveau pouvoir politique considérait la francophilie comme étant le signe le plus puissant de l’attachement des intellectuels roumains à l’Occident et le principal obstacle à l’influence soviétique. L’introduction du modèle soviétique dans la recherche et l’enseignement universitaire se fit au prix de plusieurs vagues d’épurations qui ont bouleversé la vie et brisé la carrière des centaines d’intellectuels roumains.

Cette conférence mettra en relief, à partir des archives du ministère français des Affaires étrangères, le positionnement culturel de la France en Roumanie au début de la Guerre froide.

Meeting of scholars working the project entitled “East European Migrations during the Cold War »

Description

On March 20, 2015, „Przystanek Historia” – the IPN Education Center in Warsaw (Marszałkowska 21/25 street) will become a venue for a meeting of scholars working the project entitled „East European Migrations during the Cold War”. This project managed by Anna Mazurkiewicz is a part of a larger entity – the IPN Central Research Project „Polish Political Emigration 1939-1990” directed by Sławomir Łukasiewicz.

Members of the research team from eight countries will discuss preliminary results of their queries related to the current state of research, as well as present the locations of major archival collections essential for carrying out of the above mentioned project. The final outcome of this stage of research will be published in an edited volume by the end of this year.

The meeting will proceed in English. The program (downloadable below) consists of two parts: conference papers, followed by discussion — open to the public (9:00-15:30) and a closed work meeting of the research team members (16:30-18:00).

Conference venue: Warsaw, Poland
Period: March 20, 2015
Registration deadline: February 28, 2015

Guidelines for registering

Individuals interested in attending the conference sessions are required to register by sending an e-mail to:slawomir.lukasiewicz@ipn.gov.pl by February 28.

Organizer

  • IPN Education Center in Warsaw

Information & contacts

Slawomir Lukasiewicz
e-mailslawomir.lukasiewicz@ipn.gov.pl

Warsaw_program

 

Sortie prochainement: BEYOND THE DIVIDE Entangled Histories of Cold War Europe

BEYOND THE DIVIDE
Entangled Histories of Cold War Europe

Edited by Simo Mikkonen and Pia Koivunen
http://www.berghahnbooks.com/title.php?rowtag=MikkonenBeyond

Cold War history has emphasized the division of Europe into two warring camps with separate ideologies and little in common. This volume presents an alternative perspective by suggesting that there were transnational networks bridging the gap and connecting like-minded people on both sides of the divide. Long before the fall of the Berlin Wall, there were institutions, organizations, and individuals who brought people from the East and the West together, joined by shared professions, ideas, and sometimes even through marriage. The volume aims at proving that the post-WWII histories of Western and Eastern Europe were entangled by looking at cases involving France, Denmark, Poland, Romania, Switzerland, and others.

Contents

Introduction: Beyond the Divide

PART I: POLITICAL PROCESSES AND TRANSNATIONAL NETWORKS

Chapter 1. Opening Up Political Space: Informal Diplomacy, East-West Exchanges, and the Helsinki Process
Giles Scott-Smith

Chapter 2. Challenging Old Cold War Stereotypes: the Case of Danish-Polish Youth Exchange and the European Détente, 1965–75
Marianne Rostgaard

Chapter 3. Transmitting the “Freedom Virus”: France, the USSR, and Cultural Aspects of European Security Cooperation
Nicolas Badalassi

Chapter 4. Cultural Diplomacy of Switzerland and the Challenge of Peaceful Coexistence, 1956–75
Matthieu Gillabert

PART II: INTERPLAY IN THE ACADEMIC CONTEXTS

Chapter 5. Expert Groups Closing the Divide: Estonian-Finnish Computing Cooperation since the 1960s
Sampsa Kaataja

Chapter 6. French-Romanian Academic Exchanges in the 1960s
Beatrice Scutaru

Chapter 7. Hungary Opens toward the West: Political Preconditions for Finnish-Hungarian Cooperation in Research and Development in the 1960s and 1970s
Anssi Halmesvirta

Chapter 8. “Discrete” Intermediaries: Transnational Activities of the Fondation pour une entraide intellectuelle européenne
Ioana Popa

PART III: LIMITATIONS FOR TRANSNATIONAL NETWORKS

Chapter 9. The Image of “Real France”: Instrumentalization of French Culture in the Early Communist Czechoslovakia
Václav Šmidrkal

Chapter 10. Dealing with “Friends”: Soviet Friendship Societies in Western Europe as a Challenge for Western Diplomacy
Sonja Grossmann

Chapter 11. The Soviet Union Encounters Anglia: Britain’s Russian Magazine as a Medium for Cross-Border Communication
Sarah Davies

PART IV: ALONG THE BORDERLINES

Chapter 12. Transnational Television in Europe: Cold War Competition and Cooperation
Lars Lundgren

Chapter 13. Transnational Spaces between Poland and Finland: the Grassroots Dismantling of the Iron Curtain and Their Political Entanglements
Anna Matyska

Chapter 14. A Filter for Western Cultural Products: the Influence of Italian Popular Culture on Yugoslavia, 1955–65
Francesca Rolandi

Notes on Contributors
Bibliography
Index