Conférence de Gwénola Sebaux le 09 avril 2013 à 17H30. « Une minorité oubliée : les Allemands du Banat roumain ».

PHOTO Gwénola Sebaux

Gwénola Sebaux, maîtresse de conférences en Etudes Germaniques à l’UCO et membre du 3L.AM, tiendra une conférence dans l’amphithéâtre Germaine Tillion de la MSH sur les Allemands du Banat.

La communauté allemande du Banat de Temeswar, forgée au XVIIIe siècle par la politique de colonisation habsbourgeoise aux confins de l’Empire, a connu dans la seconde moitié du XXe siècle une scission profonde et irréversible, avec l’émigration massive de la plupart de ses membres en Allemagne –une rémigration en quelque sorte, au pays des ancêtres. L’examen de l’histoire de cette minorité révèle une extraordinaire continuité de l’identité allemande, littéralement fixée par l’entreprise colonisatrice au XVIIIe siècle, mythifiée au XIXe siècle, et cristallisée dans la tourmente des guerres du XXe siècle. Les années de dictature communiste, puis la chute de Nicolae Ceauşescu ont profondément altéré le caractère pluriethnique du Banat. Dans l’entre-deux-guerres, la région comptait encore 215 000 Allemands, ce qui en faisait la première minorité du point de vue numérique. Ils ne sont plus aujourd’hui qu’à peine 20 000, dans un Banat néanmoins profondément imprégné par cette présence historique et marqué par d’étonnants transferts culturels.

Photo-G

Conférence de Nicoleta Ticana le 21 mars à 17H30. « L’étalement urbain de Bucarest depuis la chute du régime communiste : processus et problèmes »

photo nicoleta1)    Nicoleta Ticana  docteure en géographie qui a soutenu sa thèse récemment, nous présentera les résultats de ses recherches sur Bucarest le 21 mars à 17H30 à l’amphithéâtre Germaine Tillion de la MSH de l’Université d’Angers.

La conférence sera suivi d’un débat.

L’étalement urbain en Roumanie, et plus particulièrement à Bucarest, connaît ses débuts en 1990, date de la chute du régime communiste. Cette année marque une libération des énergies dans tous les domaines, notamment dans l’immobilier et les mobilités. Ce processus s’observe d’abord vers le nord (extension résidentielle) et vers l’ouest (extension fonctionnelle économique) de la capitale. Mais ce phénomène apparaît d’une façon assez chaotique, les causes principales étant le manque de stratégies et d’outils d’urbanisme fiables, tout comme le manque de concertation entre les acteurs. L’intercommunalité et la mise au point des infrastructures, notamment celles de transport, sont nécessaires pour un développement cohérent du territoire périurbain bucarestois.

corbeanca forest3 (2)