La Roumanie et la France : diplomatie culturelle et vécu individuel pendant la Guerre froide

Le CLER a le plaisir de vous convier à sa prochaine conférence qui traitera de

La Roumanie et la France :
diplomatie culturelle et vécu individuel pendant la Guerre froide

Mardi 17 mars 2015
17h00 – 19h00

Maison des sciences humaines – UFR Lettres – langues et sciences humaines
5bis Bd Lavoisier 49045 Angers
Amphithéâtre Germaine Tillion

Entrée libre
Contact : Cristiana.pavie@univ-angers.fr

INTERVENTIONS:

Le juriste et philosophe Octavian Ionescu (1901-1990). Témoignage filial sur le destin singulier d’un universitaire francophile

Marina Muresanu Ionescu
Professeur à l’Université « Al. I. Cuza » Iasi

Docteur en droit et lauréat de l’Université de Paris en 1931, Octavian Ionescu a débuté une brillante carrière de juriste et philosophe du droit avant la deuxième guerre mondiale : boursier en Allemagne et en Autriche, membre du Conseil Législatif de la Roumanie, membre d’associations internationales, auteur de nombreuses études. En 1950, il a été éloigné, pour des raisons politiques, de son poste de professeur à l’Université de Iasi. Devenu professeur de roumain dans un lycée de la ville, il a continué cependant son activité de recherche. En dehors de toute reconnaissance académique en Roumanie, il est resté actif dans les sociétés internationales de droit, participant à des congrès et publiant régulièrement dans de prestigieuses revues internationales de droit. Un livre qui retrace sa biographie et réédite ses œuvres majeures a été récemment publié à l’Université de Iasi.
Marina Muresanu Ionescu, sa fille et co-auteure de ce livre mémorial, retracera le parcours singulier, éloquent en même temps pour toute une génération, d’Octavian Ionescu, à partir de ses souvenirs, de témoignages et d’archives personnelles.

La diplomatie culturelle française en Roumanie (1944-1949), un rempart fragile contre le vent de l’Est

Cristiana Oghina-Pavie
Maitre de conférences à l’Université d’Angers

A la fin de la deuxième guerre mondiale, la diplomatie française se réjouissait de l’enthousiasme avec lequel les Roumains accueillaient le retour des institutions culturelles françaises. Cet optimisme fut de courte durée car, dans les années 1945-1948, le nouveau pouvoir politique considérait la francophilie comme étant le signe le plus puissant de l’attachement des intellectuels roumains à l’Occident et le principal obstacle à l’influence soviétique. L’introduction du modèle soviétique dans la recherche et l’enseignement universitaire se fit au prix de plusieurs vagues d’épurations qui ont bouleversé la vie et brisé la carrière des centaines d’intellectuels roumains.

Cette conférence mettra en relief, à partir des archives du ministère français des Affaires étrangères, le positionnement culturel de la France en Roumanie au début de la Guerre froide.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *